Archives par mot-clé : Acyl

[LIVE REPORT] Motocultor Festival 2022 – Jour 2

Après deux années blanches, le Motocultor revient sur les terres de Kerboulard pour une édition de 4 jours avec une programmation démentielle ! Si le festival a pêché par quelques petits soucis d’organisation (on y reviendra dans un édito), le spectacle, la bonne humeur et la bienveillance générale feront que nous passerons un excellent moment !
En ce deuxième jour, le Metal déboule sur les scènes bretonnes avec un rythme particulièrement soutenu, avec des groupes qui se font plus rares dans notre petit pays. Un véritable bonheur pour nos cages à miel !

Bien évidemment, et malgré toute la volonté du monde, deux photographes ne peuvent pas couvrir l’ensemble du festival, et il a fallu faire des choix ! Vous pourrez retrouver le report des groupes que nous n’avons malheureusement pas vu chez nos talentueux confrères.

Après avoir pu garer la voiture et récupéré nos accès, on installe notre campement sous la pluie et on file vers les premiers concerts de la journée et vers la nouvelle scène, baptisée Bruce Dickinscène par les internautes. Acyl vient tout juste de rentrer sous les applaudissements d’un public fourni, malgré la pluie (Amine (chant) nous appellera même « les courageux » tout le long du set). Le groupe fera un set plus centré sur « Aftermath », leur dernier né, avec la précision et la passion qu’on leur connaît ! Et le son est plutôt bon pour l’instant ! (et, spoiler, ça ne va pas durer !) Et le public avait le sourire aux lèvres tout le long du concert, par tant de générosité ! A noter qu’ils joueront un morceau inédit, « pour l’instant sans titre », devant des fans conquis. La journée commence bien.

Vient ensuite, toujours sur la même scène, le groupe de folk rock Garmana ! Premier véritable « ovni » du festival, ils enchanteront le public avec un son médiévalisant (avec un soupçon d’électro) transcendant ! Pourtant leur prestation avait mal commencé, les suédois, qu’on devinait pétrifiés par le trac ont eu le plus grand mal à se détendre et à s’amuser sur scène ! De plus, l’ordinateur qui accompagne d’ordinaire le groupe est tombé subitement en panne…. Mais en grands professionnels, ils ont tout de suite poursuivi avec des chansons qui ne nécessitaient pas son fonctionnement, ce qui a été apprécié.

Le groupe finira par se lâcher et se retirera sous une standing ovation amplement méritée.

Après un premier détour par le camping, on s’arrête par curiosité devant le groupe japonais The Shamisenists, composé d’un batteur et deux joueurs de Shamisen (guitares traditionnelles japonaise) électriques. L’ensemble est rend tellement bien que malgré l’absence de grosse guitare et de bons grunts, et bien ça pogotait un peu au milieu de la fosse. Sacrément original, et à revoir très vite dès que l’occasion se représentera !

C’est ensuite le moment qu’attendaient certains festivaliers, à savoir la prestation de Pogo Car Crash Control, alias le groupe qu’on voit absolument partout ces derniers mois. Et la prestation fut énergique malgré un son très calamiteux (ce sera à partir de là comme ça et ce durant tout ce vendredi) et le groupe aura fait le bonheur des fans présents. Curieux, nous n’avons pas trouvé la prestation du groupe à notre goût (notamment à cause de la voix du chanteur), mais c’est juste que ce n’est pas notre truc ! A la fin du set, Lola Frichet, bassiste de la formation, a de nouveau posé son instrument pour que tous voient ce qu’il y avait écrit derrière, « More Woman On Stage », son « slogan » pour plus d’inclusivité féminine sur scène, et combattre certains clichés qui ont la peau dure comme du Metal !

Skàld aura eu le mérite de semer la confusion dans notre duo de photographes : si le premier s’est laissé séduire et emporté par l’univers des français, l’autre aura trouvé le show glacial (et rien à voir avec la température du jour) et brouillon, ne trouvant absolument aucune cohérence au sein du groupe. Et le son, beaucoup trop fort en basse, n’a pas arrangé les choses. Petite mention spéciale (pace qu’il faut tout de même la citer) pour la chanteuse Chaos Heidi qui remplace Justine Galmiche avec passion !

The Ocean n’est pas des plus connus en France, et pourtant c’est une grande foule compacte qui se presse autour de la Massey Ferguscène. Les allemands progueux offriront un show millimétré, généreux et relaxant (oui oui). Une belle découverte.

Kreator n’aura pas sorti la grosse artillerie pour leur concert au Motocultor, malgré la présence d’un décor qui fera mouche ! Si le groupe a fait un show carré et pro, comme on l’attendait, on aurait aimé qu’il sorte un peu des sentiers battus. Ils se sont contentés de juste faire le boulot qu’on attendait d’eux.

Tarja m’aura énormément surprise ! Alors que je n’attendais absolument rien de son concert, j’ai vu une artiste généreuse et sincère, fière de présenter son répertoire et des musiciens qui l’accompagnent ce soir (elle n’hésitera pas à les mettre en avant). Elle aura d’ailleurs le meilleur son de toute la journée sur la Bruce Dickinscène, ce qui permet d’apprécier ses morceaux dans toute leur dimension ! Mais c’est surtout la communion entre elle, son groupe et son public, tellement forte, tellement belle que le show en est devenu puissant, mais aussi émouvant ! Même s’il n’était pas parfait, on ressort avec un grand sourire, la patate et la petite larme à l’oeil. La chanteuse finlandaise aura elle-même beaucoup de mal à quitter la scène ! A revoir en salle !

J’ai toujours trouvé Leprous beaucoup trop surcôté, pourtant, leur show et leur énergie (en particulier celle du chanteur Einar Solberg ) m’aura transporté et touché . A un point où je vais certainement me repencher sur leur discographie.

Powerwolf aura sorti la grosse artillerie alors qu’une foule immense s’entasse sous la Dave Mustage. Si le power sympho du groupe nous passe plus au travers, ils auront fait un show carré, puissant, qui aura ravi tout le monde présent dans la fosse.

Plantec est un autre des nombreux « ovnis » de ce festival, et le trio vient spécialement jouer leur création « Hironaat » ce soir. Et quelques centaines de curieux se sont amassés devant la Bruce Dickinscène pour écouter leur électro celtique, pour le plus grand bonheur du groupe, déchaîné à souhait. Ils seront accompagnés de nombreux invités, dont les Shamisenists qui ont joué plus tôt ce jour.

Celeste arrive enfin sur la Massey Ferguscène devant un public (et des photographes) réduits. Et si pourtant j’adore le groupe et son concept (ils ont joué en contre jour avec des lampes rouges Quechua sur la tête), j’ai du quitter plus tôt que prévu la tente… en cause un son des plus pourris tellement saturé en basse qu’on ne reconnaissait aucun des morceaux. Et on entendait cette saturation jusque dans le camping. Dommage car le groupe mérite vraiment de se faire connaître par le plus grand nombre !

Après cet avant-dernier concert, nous rentrerons au camping, exténués par cette première journée haute en découvertes, malgré un son mauvais et brouillon qui aura été présent sur les quatre scènes du festival presque en continu (sauf la Bruce Dickinscène le soir). Un camping dans lequel on aura des difficultés à s’endormir, mais plus à cause du froid que certains de nos congénères qui continuent les festivités (on entendra un peu au loin d’ailleurs la tente discothèque du Macumba pour ceux qui veulent jouer les oiseaux de nuit, ouverte jusqu’à 6 heures du matin).

Texte par Roxane BAYLE

Photos par Paul BASTIT et Roxane BAYLE

[Report-Edito] Le Kave Fest 2018 tient toutes ses promesses (et plus encore !)

Personne n’aurait parié, il y a trois ans de cela, sur ce petit festival émergeant qu’est le Kave Fest ! Situé à Chatou, en région parisienne, et dans le jardin des parents de l’organisateur (oui oui vous avez bien lu), le festival a su attirer du monde et tomber sold out cette année.

Une affiche 100% française de rêve, une nourriture à un tarif plus qu’abordable (on est loin du hot-dog grassouillet à huit euros), de la bière plus locale (ça change de la pinte de Kronenbourg), voilà ce que nous proposait le festival en cette chaude après-midi d’été. Si le site (donc le jardin des parents de Sélim, le grand chef du Kave Fest) devint rapidement exigu (300 personnes, c’est tout de même beaucoup), le respect et la bonne humeur régnaient parmi tous les festivaliers.

Les groupes furent tous excellent.
Que ce soit Kera qui a ouvert le festival, les gars déjantés de Ragaraja (un groupe à suivre d’ailleurs), les petits mecs d’Insolvency (d’ailleurs, ils se sont présentés chez nous et ça se passe par là (lien)), les surprenants ODC (un groupe encore à suivre), les Nemost (qui ont véritablement dynamité la fosse avec un death melo ravageur et jouissif), les Princesses Leya emmenés par un Dedo au top de sa forme (un choix d’ailleurs osé et couillu à mi-chemin entre le concert hommage et l’humour décalo-thrash-black metal), des Malmort énergiques et carrés (revenant tout droit du Hellfest) et enfin les Acyls qui ont clôturé la soirée en beauté… Bref tous ont montré leur bonheur d’être sur scène, tous étaient au top de l’énergie, et chacun a fait un show dantesque.
Mais c’est aussi un public brûlant qui a fait le festival, n’accordant aucun répit aux artistes sur scène (ni même au gazon), comme on en voit de plus en plus rarement en région parisienne…

Un week-end iddylique donc comme le metal français devrait en bénéficier plus souvent.

Il s’agit de la troisième édition du Kave Fest : de ce qui semblait être un « délire » aux yeux de tous la première année est devenu structuré, organisé et respectable (et même beaucoup trop cool) aujourd’hui.
Mais avec cette édition sold-out, il est évident que ce petit bout de terre à Chatou deviendra bientôt insuffisant pour accueillir les festivaliers de tout poil. Le Kave Fest a-t-il vocation à grandir ? Si oui devra-t-il se délocaliser ? La programmation sera-t-elle à la hauteur de cette formidable dernière édition ? Et surtout, y aura-t-il autant (voire plus) de bières ? Des réponses que seul Sélim détiendra, qui devra s’atteler à la tâche après quelques vacances bien méritées on suppose.

Le Kave Fest est devenu aujourd’hui un événement à suivre en région parisienne. Et on souhaite beaucoup de succès à Sélim et son équipe, qui le méritent bien.

Rendez-vous l’année prochaine !

25398729_1986412631627741_4441686678368478852_n

[LIVE REPORT] 6h33 et Acyl au Divan du Monde, avril 2017

La date était attendue par les fans de tous bords : le lancement du nouveau show des 6h33, intitulé « The Asylum Picture Show 2.0 ». Fort du succès de leur dernier album, « Deadly Scenes », le show devait afficher carton plein.

Nous ne pourrons pas assister au show de Malemort, étant coincés dans les embouteillages. Inutile de vous dire qu’on remettra ça le plus rapidement possible !

On arrive peu avant Acyl. Le concert est, certes, pas complet, mais la salle est tout de même bien remplie. Nous atteindrons sans grande difficultés les premiers rangs un peu avant 6h33.

Acyl arrive donc devant un public chauffé à blanc. Les algériens, avec leur metal teinté d’ethnisme, et surtout leur sourire, amèneront une dose de convivialité sur la scène du Divan Du Monde. La plupart des titres joués sont tirés de leur excellent deuxième album, « Aftermath », que nous avons pu chroniquer. Et outre l’incroyable énergie déployée sur scène, le son est d’une qualité très rare, notamment sur les instruments traditionnels du groupe. Un concert intimiste mais surtout très chaleureux, qui nous aura fait voyager ! Bref une excellente prestation de la part d’Acyl, les 6h33 ont intérêt à assurer derrière.

18057669_10155143482708329_1862485481751106674_n

Un rideau se tire, le temps pour les 6h33 d’installer leur décor. Et quel décor ! Un énorme cadre tout droit sorti d’un film de Tim Burton où sont projetés plusieurs passages filmés des choristes est installé.

Une fois le show débuté, on sent les 6h33 assez concentrés pour délivrer le meilleur show possible. Et une nouvelle fois, on sera gâtés au niveau du son, décidément d’une excellente qualité ce soir au Divan Du Monde.

Le groupe enchaînera les titres, avec une place largement plus importante que pour Deadly Scenes. Il y a une excellente énergie entre Niko et S.A.D (respectivement à la basse et à la batterie), les deux claviéristes, Howahkan Ituha et #, se montrerons présents malgré le fait qu’ils soient un peu cachés dans le fond de la scène (faut dire que ça fait du monde d’un seul coup) Rorschach est très en voix ce soir et nous montrera toute l’étendue de son savoir-faire . La plupart des titres de « Deadly Scenes » seront joués, dont le très bon « I’m Nerd » repris en choeur par tout le public. Bref l’énergie et les sourires sont au rendez-vous et beaucoup seront à fond (comme nous !) dans le concert.

Les 6h33 raviront un public éclectique : il faut dire que la musique du groupe reste fédératrice. On verra des personnes de tout âge et et de toute origine. On aura quand même eu le droit à beaucoup de slammeurs qui seront renvoyés dans la fosse sans ménagement par Rorschach, certes dans une ambiance bon enfant, mais beaucoup dans le public le prendront assez mal.

Les esprits s’échauffent et il y aura plusieurs prises de bec au sein de la fosse, amenant même le frontman à intervenir pour calmer tout le monde. Des épisodes, certes, désagréables pour tout le monde, mais qui n’entâchent en rien la qualité de cette soirée

Le concert se terminera dans une ambiance plus bon enfant, les titres les plus connus du groupe repris par le plus grand nombre. Un show millimétré ou rien n’est laissé au hasard. Et purement jouissif pour ceux qui, comme nous, ont été à fond dedans du début à la fin.

18010910_10155143483748329_1197983601477760036_n