Archives par mot-clé : Amon Amarth

[CHRONIQUE] Amon Amarth – Berserker

Si les Amon Amarth peuvent toujours compter sur leur base – solide – de fans, on peut reprocher aux fiers vikings de tourner un peu en rond depuis quelques albums. C’est aussi l’avis du groupe qui a décidé d’opérer quelques changements drastiques : nouveau producteur, nouveau studio, nouvel artiste pour l’artwork et nouvelles techniques d’enregistrement et de compositions. Tout cela a donné naissance à « Berserker », leur nouvelle galette. Mais ces efforts en valaient-ils la peine ?

Si on retrouve le bon vieux Amon Amarth des familles avec des titres qui feront chanter un public écrasé par la chaleur de l’été dans les festivals européens, (notamment le fameux « Shield Wall » qui devrait tenir ses promesses dans la sueur de la fosse) d’autres en revanche explorent des terrains plus originaux pour le groupe : metalcore pour l’introduction de « Raven’s Flight », black metal pour « Valkyria », plus heavy pour « Mjölner, Hammer Of Thor « .

Les titres explosent les uns après les autres, dans des directions parfois opposées, sans suivre de fil conducteur. On est loin du concept-album de « Jomsviking », dernière galette du groupe !

On sent que les suédois cherchent à se renouveler alors que leur musique est l’une des plus identifiables au monde. C’est là tout l’enjeu de « Berserker » : ne pas se répéter, ne pas utiliser les mêmes choses, les mêmes processus tout en gardant une identité, un message fort. Un but atteint avec succès, mais au détriment de certains morceaux qui s’avèrent moins accessibles qu’à l’accoutumée (comme le lourdaud « The Berserker At Stamford Bridge »). Les fans hardcores du groupe s’en trouveront, peut-être, un brin perdus.

Néanmoins, ce « Berserker » saura vous divertir et reste le signe d’une évolution, certes encore très légère, mais bien présente pour Amon Amarth. On se laisse surprendre par un jeu et un chant (on veut réentendre Johan (HEGG le chanteur) faire le crooner sur les prochains albums ! Et pas uniquement sur « Ironside »!) avec des originalités et quelques prises de risques. Une bonne surprise chez un groupe qui avait une forte tendance à la redondance.

8,5/10

223002

Notre interview de Ted (Amon Amarth)

[INTERVIEW] Ted (Amon Amarth) : « Il se pourrait qu’il soit notre meilleur opus à ce jour »

Un opus pour mieux avancer. Voilà ce qui ressort de notre entretien avec Ted Lundström (basse) sur le nouvel album des Amon Amarth, « Berserker » sorti aujourd’hui même. Si le musicien est fier de son album (et spoiler, il a de quoi), il espère que ce dernier pourra permettre à Amon Amarth de gravir quelques échelons. Voici notre entretien réalisé à cette occasion.

Metal-Actus : Vous avez sorti votre nouvel album « Berserker ». Après le grand succès rencontré par votre précédente galette, « Jomsviking », vous n’aviez pas trop de pression ?

Ted Lundström (Basse) : A vrai dire non car nous sommes très content du résultat qu’est « Berserker » : on est content des chansons, on est content de la production et on est content de le sortir. Il se pourrait qu’il soit notre meilleur opus à ce jour, alors non, je ne suis pas vraiment nerveux.

Ce n’est pas un album conceptuel cette fois, et chacun des morceaux explore quelque chose de différent. Est-ce pour cela que vous l’avez appelé « Berseker » ?

Cela aurait pu ! (rires) Plus sérieusement c’est parce que les sujets et les morceaux de cet album sont assez explosifs ! Quand on recherchait un titre d’album, on a pensé à quelque chose qui pouvait attirer l’oeil de nos fans. Et l’histoire derrière le morceau est assez puissante avec cet homme, ce guerrier ultime ! Celui que vous ne voulez pas croiser en pleine bataille ! On a donc choisi ce titre mais cela n’a effectivement rien à voir avec les autres morceaux : nos douzes titres sont assez différents les uns des autres !

Dirais-tu, qu’avec cet album, on a un tout nouveau groupe devant nous, un Amon Amarth 2.0. ?

Oui et on espère, avec cet opus, accéder à plus de choses : qu’il nous permettra de grossir, de nous améliorer, de nous renforcer…Nous voulons faire plus de concerts dans plus de pays, et ne pas sortir « juste » un DVD live dans ces mêmes pays. Alors on a travaillé dur sur cet album : on s’est associé avec un nouveau producteur, on a essayé plus de choses, en tout cas plus que sur le dernier album.

Pourquoi avez-vous choisi de délocaliser votre production à Los Angeles, aux Etats-Unis ?

Déjà pour Jay Ruston qui s’était déjà occupé du mix de notre dernier album live « The Pursuit Of Vikings » et dont on avait été satisfait du résultat… Et ensuite car nous voulions partir loin de l’Angleterre et de l’Europe pour aller dans un endroit chaud, avec de bons CDs de rock’n’roll et d’autres trucs du même genre (rires) . A L.A., il y a beaucoup de studios d’enregistrements, et c’est là où sont né de nombreux groupes aujourd’hui mythiques. C’était juste un rêve, un peu fou pour nous, de pouvoir nous rendre dans cette ville un jour. Alors quand Jay nous a offert l’opportunité d’y aller, on a dit oui ! Il nous a accueilli, on a démarché des producteurs, visité quelques studios… Et puis on s’est lancé ! Et on a aimé sa manière de travailler. On avait envie de nouveauté pour cet album, pour rendre les choses plus amusantes et plus inattendues. Quand tu collabore avec le même producteur depuis trois albums, tu as tendance à prendre tes aises (rires).

Beaucoup de groupes européens diraient la même chose que vous ! Est-ce aussi pour ouvrir d’autres perspectives, avoir un son plus américain selon toi ?

Pour beaucoup de groupes, Los Angeles n’est pas le seul endroit paradisiaque : j’ai vu beaucoup d’artistes enregistrer aux Caraïbes par exemple. Quand tu trouves un bon studio et que tu peux amener un bon producteur, cela peut être n’importe où. Mais je reconais que Los Angeles est une chouette ville pour des gars comme nous, donc normal que beaucoup de musiciens y aillent. In Flames, par exemple, y a enregistré ses deux derniers opus. Alors oui, je pense que beaucoup de groupes viendront à L.A. pour les perspectives que cela peut apporter.

Que peux-tu me dire sur « The Raven’s Flight » ?

C’est mon morceau favori de l’album ! Il est composé de beaucoup de choses différentes : on a, en guise d’introduction, ce riff mélodique à la guitare qui vous donne une immense énergie. Cette chanson est vraiment chouette à jouer et à écouter.

Peux-tu m’en dire plus sur « The Berserker At The Stamford Bridge » dont tu me parlais plus tôt ?

C’est une histoire très puissante, très héroïque à propos de ce personnage, le Berserker. Il s’agit d’une toute petite partie de la bataille de Stamford Bridge, qui s’est déroulée en 1066 entre les anglais et les vikings. Cet événement a été relaté dans des écrits britanniques, qui, malgré leur victoire, ont raconté l’histoire de cet homme qu’ils considèraient comme un grand guerrier.

Est-ce que vous faîtes ce genre de recherches pour tous les morceaux d’Amon Amarth ?

Quand on veut diffuser la culture et la mythologie de Scandinavie à travers le monde, il faut essayer de se baser sur des éléments réels, du moins la plupart du temps (rires). Johan (Hegg au chant) est celui qui fait les recherches puisqu’il lit énormément : ce qu’il retiens des livres, il essaie de les transformer en morceaux, en essayant de coller le plus possible aux faits. Bien évidemment, il lui arrive de partir dans de la fantaisie – cela dépend du morceau et des idées qu’on a sur le moment- mais la plupart des choses sont correctes.

Beaucoup de groupes surfent sur cette vague pagan/viking dont vous êtes les fers de lance, même si vous n’êtes pas les premiers à faire ce genre de choses. Cette culture viking s’étend même au-delà de la musique puisqu’il y a maintenant des séries comme « Vikings » même si je doute parfois de sa véracité. Que penses-tu de cette tendance ?

Effectivement, nous ne sommes pas les premiers à s’être lancé, même si effectivement on doit être l’un des rares à avoir su tirer notre épingle du jeu. Je serai honoré si plus de groupes ferait ça car je veux personnellement répandre cette culture, cette histoire. je pense que c’est une bonne chose si les gens du monde entier aime ce genre de chose. Nous ne pouvons pas le faire tout seul alors… Depuis que nous avons commencé Amon Amarth, il y a eu effectivement la série Vikings, des nouvelles, des séries, la mise en avant de Thor dans les Marvel (rires). Donc oui c’est assez populaire en ce moment dans pleins de choses différentes, ce qui est bon pour nous car sur certaines de nos chansons, les gens savent déjà de quoi on parle. Et c’est plus amusant.

Peux-tu me parler de vos futurs concerts ?

C’est un sujet assez délicat à aborder (rires). Je peux te dire qu’on va commencer aux Etats-Unis, en première partie de Slayer, pour ce qui semblerait être leur tournée d’adieu. Cela va durer un mois, après la sortie de l’album le 3 mai. Et cet été, nous ferons des festivals, quelques shows dans des clubs, … Et puis on est en train de se construire des choses pour nos concerts à venir. On a pleins d’idées et on a hâte de vous présenter nos nouveaux décors. On jouera aussi quelques shows en France cette année !

Un dernier mot ?

Ecoutez notre album et venez-nous voir en concert !

223002

Amon Amarth : Nouveau single disponible !

« Crack The Sky » est le titre de ce nouveau morceau des Amon Amarth. Il est issu du prochain album des vikings suédois, « Berserker » dont la sortie est prévue pour le 3 mai prochain via Metal Blade Records.

Tracklist :

01 – Fafner’s Gold
02 – Crack The Sky
03 – Mjölner, Hammer of Thor
04 – Shield Wall
05 – Valkyria
06 – Raven’s Flight
07 – Ironside
08 – The Berserker at Stamford Bridge
09 – When Once Again We Can Set Our Sails
10 – Skoll and Hati
11 – Wings of Eagles
12 – Into the Dark

« Raven’s Flight »

amonamarthberserkercd

Amon Amarth : Tous les détails de « Berserker », leur nouvel album !

Les Amon Amarth reviennent le 3 mai prochain avec un nouvel album intitulé « Berserker » (via Metal Blade Records).

Tracklist :

01 – Fafner’s Gold
02 – Crack The Sky
03 – Mjolner, Hammer Of Thor
04 – Shield Wall
05 – Valkyria
06 – Raven’s Flight
07 – Ironside
08 – The Berserker At Stamford Bridge
09 – We Can Set Our Sails
10 – When Once Again
11 – Wings Of Eagles
12 – Into The Dark

« Raven’s Flight » le clip :

Artwork :

amonamarthberserkercd

[ALERTE FESTIVAL] Le Knotfest débarque en France !

Le Knotfest, célèbre festival créé par les Slipknot, va avoir son édition française ! Elle se tiendra le 20 juin 2019, soit un jour avant le Hellfest et sur le site du dit Hellfest à Clisson ! Les prix des billets sont fixés à 66,6 euros. Top départ des ventes le 7 décembre prochain à 14h !

Et en voici l’affiche !

knotfestfrance

Amon Amarth : Un documentaire accompagné d’un live !

« The Pursuit Of Vikings : 25 Years In the Eye Of The Storm » est le titre de ce documentaire porté sur Amon Amarth. Sa sortie est prévue pour le 16 novembre prochain via Metal Blade Record. Il sera accompagné du live du groupe au Summerbreeze Open Air Festival de 2017.

Tracklist :

CD, live @ Summerbreeze, Main Show, 17 août 2017 :

01 – The Pursuit Of Vikings
02 – As Loke Falls
03 – First Kill
04 – The Way Of Vikings
05 – At Dawn’s First Light
06 – Cry Of The Black Birds
07 – Deceiver Of The Gods
08 – Destroyer Of The Universe
09 – Death In Fire
10 – Father Of The Wolf
11 – Runes To My Memory
12 – War Of The Gods
13 – Raise Your Horns
14 – A Dream That Cannot Be
15 – Guardians Of Asgard
16 – Twilight Of The Thunder God

DVD/Bluray live @ Summerbreeze, T-Stage Show, 16 août 2017 :

01 – Twilight Of The Thunder God
02 – Free Will Sacrifice
03 – With Oden On Our Side
04 – The Last With Pagan Blood
05 – For The Stabwounds In Our Backs
06 – Thousand Years Of Oppression
07 – Gods Of War Arise
08 – Versus The World
09 – Asator
10 – Under The Northern Star
11 – Fate Of Norns
12 – Varyags Of Miklagaard
13 – Live For The Kill
14 – Victorious March

DVD/Bluray live @ Summerbreeze, Main Show, 17 août 2017 :

01 – The Pursuit Of Vikings
02 – As Loke Falls
03 – First Kill
04 – The Way Of Vikings
05 – At Dawn’s First Light
06 – Cry Of The Black Birds
07 – Deceiver Of The Gods
08 – Destroyer Of The Universe
09 – Death In Fire
10 – Father Of The Wolf
11 – Runes To My Memory
12 – War Of The Gods
13 – Raise Your Horns
14 – A Dream That Cannot Be
15 – Guardians Of Asgard
16 – Twilight Of The Thunder God

amonamarththeprsuitofvikingssept2018cover

[ALERTE FESTIVAL] Summerbreeze : Nouvelle annonce !

Le Summerbreeze se tiendra cette année une nouvelle fois à Dinkelsbühl, en Allemagne, du 16 au 19 août prochain. Le festival vient de dévoiler une nouvelle série de groupes, présents sur son affiche, que voici :

Moonspell (show acoustique)
Nile
Steve’N’Seagull
Randale
Bembers
Ocean At Alaska
Shiraz Lane
Gloryful
Revel In Flesh
Black Inhale
Erdling
Crisix
Spitfire
Firtan
Spoil Engine
Motor Jesus
Imminence
Humiliation
Turbobier
Wolfchant
Double Crush Syndrom
Down Of Disease
EIS
Cypecore
Infected Rain
Endseeker
Fight The Fight
Carnation

Ils rejoignent :

Tiamat
Korn
Ensiferum
Finntroll
Insomnium
Overkill
Belphegor
Xandria
Architects
Eisregen
Betondod
The Lurking Fear
Cut Up
Kitty In The Casket
The Charm And The Fury
Crushing Caspar
Megadeth
Battle Beast
Kreator
Mgla
Eluveitie (acoustique)
Fallujah
Wintersun
1349
Long Distance Calling (playlist collaborative : https://www.surveymonkey.de/r/CZVXH5G )
While She Sleeps
The New Black
Mr. Hurley & Die Pulveraffen
Aversion Crown
Hatebreed
Life Of Agony
Children Of Bodom
Dark Tranquility
Devin Townsend
Suffocation
Fiddler Green
Tesseract
Amon Amarth
Amorphis
Sonata Artica
Terror
White Chapel
Obituary
Possessed
Primal fear
Memoriam
Delain
Havok
Gorguts
Haggard
In Extremo
Knorkator (acoustique)
Asphyx
Der Weg Einer Freihat
Chelsea Grin
Fit For An Autopsy
Revocation

unnamed

[INTERVIEW] Alcatraz Festival : Rencontre avec les responsables Mattias et Filip !

L’Alcatraz Festival se tient tout les étés, vers le mois d’août, à Courtrai, en Belgique. Situé à quelques minutes seulement de Lille, cet événement n’est pourtant pas très connu dans l’Hexagone, alors qu’il a acquis une solide réputation chez nos voisins. Les organisateurs, Mattias et Filip, viennent nous présenter ce festival, qui fêtera ses dix ans cette année !

Réalisé en avril 2017 au Hard Rock Café de Paris – Merci à Roger pour cette entrevue !

Notre live-report de l’édition 2016 de l’Alcatraz Festival :

PARTIE 1 : http://www.metal-actus.com/live-report-alcatraz-rock-festival/
PARTIE 2 : http://www.metal-actus.com/live-report-alcatraz-rock-metal-festival-part-2-14-aout-2016/

Metal-Actus : Au mois d’août se tiendra la dixième édition de l’Alcatraz Festival, toujours à Courtrai, en Belgique. Quand vous avez commencé, vous pensiez qu’il y aurait une dixième édition ?

Mattias (Direction Alcatraz Festival): Non. Tu ne le sais jamais avant. Le festival a grossi avec les années. Quand on a commencé, en 2008, on aurait jamais pu rêver d’une dixième édition. Mais on est là (rires).

Cette année, la grande nouveauté est une scène et un jour supplémentaire. Vous tourniez que sur une seule scène avant. Quel a été le déclic ?

M : On en a beaucoup parlé, avant justement cette dixième édition ! On voulait avoir cette deuxième scène depuis des années. Mais on s’est dit qu’il était encore trop tôt.

Filip (Direction Alcatraz Festival) : Mais maintenant on l’est. Et on s’est dit que c’était une bonne occasion, pour nos dix ans, d’essayer ça.

Et pourquoi vous ne vous sentiez pas prêt ? A cause de votre localisation ?

M : En partie oui mais aussi par rapport à des questions financières, car avec la deuxième scène, tu dois tout doubler : les commodités, le personnel, les frites (rires), la sécurité … On voulait attendre le bon moment pour sauter le pas. Mais pense qu’il était nécessaire de l’avoir cette année : on a essayé de programmer plus de groupes dont le show est appréciable en pleine nuit.

F : On sera un peu plus éclectique cette année : on aura du black, du death, du heavy, du stoner … et des groupes qui préfèrent jouer de nuit !

Du coup, vu ces nouveautés, vous avez augmenté le prix du billet de quelques euros. Même si la hausse n’est pas significative, vous avez eu des critiques à ce propos ?

M : Non. Pour notre combi-ticket, on a rajouté exactement 10 euros. Ce n’est pas non plus une hausse trop notable. Nous n’avons eu, en tout cas, aucun commentaire à ce propos. Les gens comprennent pour la plupart. Et je pense que pour nos prestations, le prix est correct.

Y aura-t-il des nouveautés sur la nourriture, le metal-market ?

M : Il y aura un metal market un peu plus grand que celui de l’année dernière. Et sur la nourriture, on prend ça très à coeur (rires). On est parti dans d’autres festivals et lieux à la rencontre d’éventuels fournisseurs. On s’en occupe personnellement depuis l’année dernière et on a des retours très positifs.

Et comment vous avez donc choisi vos partenaires ?

M : Pour certains, c’était par le contact d’un contact. Pour les autres, c’est simple, on a testé. Et on a goûté à tout et chez tout ceux qu’on a rencontré ! (rires) Du coup on a un peu forci (rires). Mais on a eu le temps de redevenir minces (rires). On est allé en Hollande et en Belgique, et on se réunissait ensuite pour décider quels fournisseurs nous suivront sur cette année. On est notamment allé dans ce magasin de frites avec ce colossal catalogue de sauces (rires). On ne pensait pas qu’il en existait autant d’ailleurs (rires). Une fois notre tour terminé, on a fait un tableau comparatif, car tous les pays ont leurs propres règles culinaires. Il faut s’adapter à tout le monde.

13925715_10154337098088329_1085116973396462480_o

Comment choisissez-vous les groupes qui seront à l’affiche de votre festival ?

F : Et bien on ne les choisit pas. On en discute d’abord et on voit ce qui est possible financièrement et notre marge de négociation.

Même pour des groupes comme Korn ?

F : Bien sûr ! Et même pour des petits groupes ! Tu te dois de négocier et de faire en sorte que chacune des parties soit satisfaite.

Il y a des groupes qui vous ont répondu un gros « non » ?

F : Juste pour des bonnes raisons : la plupart des refus font suite à de la simple indisponibilité. Quand ils sont libres, là on peut engager les négociations.

M : Il y a eu des différences avec l’année dernière : l’Alcatraz Festival est aujourd’hui devenu un nom, et on sent aujourd’hui que les groupes sont contents de venir jouer chez nous. Avant, on devait encore faire nos preuves.

F : Oui, nous devions demander aux groupes de venir jouer à notre festival.

M : Mais pour venir jouer, tu dois être abordable financièrement et disponible. Constituer le line-up est la tâche de Filip, et c’est de l’intensif. On doit se montrer ingénieux !

F : Les négociations prennent du temps. On commence en septembre pour l’année suivante.

Vous avez réussi à attirer Twisted Sister pour leur dernier show européen l’année dernière …

F : On en est très fiers d’ailleurs (rires)

Comment vous avez fait ?

F : En fait, on connait leur manager. Il nous a dit que le groupe aimerait bien venir à l’Alcatraz, après avoir fait le Graspop Meeting, en tant que dernier show en Europe. Mais on a dû l’attendre pour l’annoncer, après leur show au Graspop en fait…. (s’adressant à Mattias) D’ailleurs, tu te souviens quand on a fait ce gros gâteau à cette occasion ?

M : Oui c’est ce dont on parlait avant de commencer ! C’était un moment très fort. : il y avait cette pâtisserie proche du festival. Et on leur a commandé un gâteau pour les remercier de terminer en Europe sur notre festival. Et ils étaient très contents.
D’ailleurs on va certainement en diffuser quelques photos : il est vrai que depuis le début de notre aventure, on ne partage pas ce qu’il se passe en coulisses. On va certainement y remédier.
Et concernant Twisted Sister, j’ai toujours l’espoir qu’ils changent d’avis et reviennent l’année prochaine (rires).

Peut-être dans quelques années, pour leur éventuel come-back ?

M : Peut-être oui (rires)

Je vais maintenant passer au seul point noir de votre festival : à la fin de la journée, le sol est recouvert de détritus. Cela vient du fait que, notamment, vous ne donnez pas de verre en plastique consignés. Un changement de ce point de vue là est-il attendu ?

F : On a eu la même question de la part d’autres journalistes. C’est effectivement un problème pour nous. Mais je sais qu’en France – j’ai pu assister notamment au Sonisphere et à un concert de Metallica au Stade de France – et c’était toujours des verres en plastique rigide. Donc il n’y avait rien par terre. Mais je pense qu’il est encore trop tôt pour nous pour le faire.

M : Il faut comprendre que ça a un coût : faut les faire aux couleurs du festival, acheter des laves-vaiselle en nombre, en plus les gens les garde… Il faut faire appel à des compagnies privées pour faire ces verres, et vu qu’on a, à chaque fois, un budget serré, on ne peut pour l’instant pas se le permettre. Après je peux comprendre que ça a un aspect plutôt écologique…Mais comme de plus en plus de festivals autour de nous le font, en Allemagne et en France notamment, je pense qu’on pourrait y repenser. On serait les premiers en Belgique à le faire. Même des événements plus gros que le nôtre ne le font pas, comme le Graspop.

F : Mais là tu marques un point (rires).


Pensez-vous faire encore grandir votre festival ?

F : Pas du tout. On a l’intention de rester un festival à taille moyenne. Même si on a un jour l’opportunité de grandir encore, je pense qu’on ne le fera pas. Il faut savoir s’arrêter avant de perdre le contrôle. On veut rester un festival « cosy » Et on a déjà un gros festival, le Graspop, en Belgique.

M : On ne peut pas le comparer avec le nôtre : le Graspop reste une formidable machine, nous on veut continuer à fournir confort et tranquilité à nos festivaliers.

F : Et puis j’ajouterai qu’au moins, chez nous, on ne met pas une heure pour aller aux toilettes ou rejoindre le camping (rires). Toutes nos commodités restent proches les unes des autres.

M : J’aime à penser que nos festivaliers nous font confiance, que ce soit en notre line-up ou en notre organisation, et qu’on a acquis un véritable public de fidèles qui achèteront leur billet les yeux fermés. (rires)

Des choses à ajouter ?

M : Merci beaucoup de nous avoir accueilli ! Lille n’est qu’à 25 minutes de Courtrai et environ 20% de nos festivaliers sont français : donc si vous êtes amateurs de bonne musique, on sera plus que ravis de vous accueillir.

unnamed

[ALERTE FESTIVAL] L’Alcatraz Festival fait sa première annonce et dévoile quelques nouveautés

L’Alcatraz festival se rajoutera un troisième jour pour son édition 2017, qui se tiendra donc à Courtrai (Belgique) du 11 au 13 août prochain ! Le festival va également ajouter une deuxième scène !

Voici leur communiqué :

« Avant toute chose, pour nous, organisateurs de l’Alcatraz, il est primordial que notre fidèle public qui nous suit depuis maintenant neuf ans soit satisfait de ce que nous lui préparons. Conforté par vos remarques positives, nous nous fixons comme but de toujours vous en donner plus en élargissant et même en rajeunissant le panel de genres proposés sur notre scène. Cette DIXIEME édition promet d’être spéciale pour nous comme pour vous tant nous

avons essayé de vous combler. L’Alcatraz 2017 (qui se déroulera pour la cinquième fois dans les plaines sacrées de Courtrai) verra 35 groupes se succéder sur scène.
Première nouveauté, le festival ouvrira ses portes dès le vendredi avec notre ‘Heavy Metal Night’. Cinq groupes mettront le feu à la scène de l’Alcatraz pour vous faire vivre une première Metal Night de folie. Cette soirée du vendredi sera gracieusement offerte pour tous les détenteurs d’un ticket week-end. Ceci n’est qu’une première surprise et croyez-nous, nous n’allons pas nous arrêter en si bon chemin.

Dans notre volonté de vous proposer une affiche encore plus variée, nous ajouterons une seconde scène (couverte).
Certains groupes ont besoin d’un environnement particulier afin de créer l’atmosphère la plus propice à leur univers musical.

Quoi de mieux que l’ambiance d’une ‘marquee’ pour atteindre ce résultat.
Ici, à l’’Alcatraz, nous avons toujours été particulièrement attentif au confort et au bien-être de nos visiteurs. Dans cette optique, nous avons estimé utile d’agrandir l’espace camping, d’ajouter des toilettes supplémentaires, de proposer un catering plus varié…nous voulons faire de cette dixième édition le résumé complet de tout ce qui fait le charme et le succès de notre festival. Autre agréable nouvelle , notre ‘El Presidio’ sera fidèle au rendez-vous. Le bar le plus metal du pays érigera également son chapiteau sur la Lange Munte. Nos visiteurs pourront ainsi s’offrir une bonne bière tout en profitant des écrans mis à leur disposition. L’espace VIP reste également une des particularités à laquelle nous tenons énormément. L’espace s’agrandit au fil des années et son emplacement stratégique, permet une vue idéale sur notre main stage. »

Les premiers groupes viennent également d’être annoncés :

Amon Amarth
Iced Earth
Doro
Sacred Reich
Death Angel
UFO
Raven
Morbid Angel
Rage
Moonspell
Enslaved
Brant Bjork
Monkey3
Dr. Living Dead !
Asphyx
Carnation
King Hiss

Il reste encore 14 groupes à confirmer.

unnamed