59138261_2490464207653996_2253520918749904896_o

[CHRONIQUE] Amon Amarth – Berserker

Si les Amon Amarth peuvent toujours compter sur leur base – solide – de fans, on peut reprocher aux fiers vikings de tourner un peu en rond depuis quelques albums. C’est aussi l’avis du groupe qui a décidé d’opérer quelques changements drastiques : nouveau producteur, nouveau studio, nouvel artiste pour l’artwork et nouvelles techniques d’enregistrement et de compositions. Tout cela a donné naissance à « Berserker », leur nouvelle galette. Mais ces efforts en valaient-ils la peine ?

Si on retrouve le bon vieux Amon Amarth des familles avec des titres qui feront chanter un public écrasé par la chaleur de l’été dans les festivals européens, (notamment le fameux « Shield Wall » qui devrait tenir ses promesses dans la sueur de la fosse) d’autres en revanche explorent des terrains plus originaux pour le groupe : metalcore pour l’introduction de « Raven’s Flight », black metal pour « Valkyria », plus heavy pour « Mjölner, Hammer Of Thor « .

Les titres explosent les uns après les autres, dans des directions parfois opposées, sans suivre de fil conducteur. On est loin du concept-album de « Jomsviking », dernière galette du groupe !

On sent que les suédois cherchent à se renouveler alors que leur musique est l’une des plus identifiables au monde. C’est là tout l’enjeu de « Berserker » : ne pas se répéter, ne pas utiliser les mêmes choses, les mêmes processus tout en gardant une identité, un message fort. Un but atteint avec succès, mais au détriment de certains morceaux qui s’avèrent moins accessibles qu’à l’accoutumée (comme le lourdaud « The Berserker At Stamford Bridge »). Les fans hardcores du groupe s’en trouveront, peut-être, un brin perdus.

Néanmoins, ce « Berserker » saura vous divertir et reste le signe d’une évolution, certes encore très légère, mais bien présente pour Amon Amarth. On se laisse surprendre par un jeu et un chant (on veut réentendre Johan (HEGG le chanteur) faire le crooner sur les prochains albums ! Et pas uniquement sur « Ironside »!) avec des originalités et quelques prises de risques. Une bonne surprise chez un groupe qui avait une forte tendance à la redondance.

8,5/10

223002

Notre interview de Ted (Amon Amarth)

Laisser un commentaire