Eluveitie_Hysteria_slider-980x600

[CHRONIQUE] Eluveitie – Ategnatos (COUP DE COEUR)

On a eu franchement peur pour Eluveitie : après un « Evocation Part II » bien accueilli par notre équipe mais qui aura divisé la critique, on attend au tournant le nouvel album électrique pour avoir plus de matériel. « Ategnatos », sorti ce vendredi (Nuclear Blast) signe le retour d’un groupe qui aura mis les bouchés doubles afin de plaire à tout le monde.

Car c’est une navigation entre deux eaux que nous propose Eluveitie : entre des titres plus mielleux (mais moins pop cependant que ce qui avait été fait avant) et des morceaux très extrêmes (plus particulièrement « Worship » et surtout « Threefold Death » qui s’apparente plus à du pur black metal paganique avec un Chrigel Glenzmann hallucinant vocalement), Eluveitie veut toucher le plus large public possible et contenter son ancienne et son actuelle fanbase.

Et c’est une réussite avec des titres bien plus dynamiques que sur les précédents opus (et ce, depuis « Slania »). Exit les titres accrocheurs, les morceaux sont bien plus sombres, complexes, carasbiquotés, notamment sur toutes les parties de guitares : Rafael Salzmann prend son pied à placer quelques solos, des riffs plus tordus ce qui donne une toute nouvelle dynamique à la musique d’Eluveitie ! On ne s’ennuie absolument pas, malgré l’exceptionnelle longueur de l’album (16 titres tout de même), les chansons sont toutes très variées, originales.

Quant à Fabienne Erni, elle démontre qu’elle est une chanteuse de talents avec une large palette vocale allant vers des notes très aïgues. Si son rôle dans cet opus reste modeste, elle saura dès les futurs albums prendre toute la place qu’elle mérite et faire oublier une Anna Murphy très aimé de certains mais dont la voix ne m’a jamais emballé, bien au contraire.

L’opus a mûri, a pris son temps pour arriver. En témoigne « Reborn », le single sorti en 2018, qui aura bénéficié d’un remaniement musical sur sa dernière partie. L’album est très bien produit, bénéficie d’un son clair comme le cristal. Ce n’est certes, pas la huitième merveille du monde mais c’est le premier album d’Eluveitie qui m’aura autant enchanté depuis « Everything Remains As It Never Was » (sorti en 2010).

C’est un retour gagnant et réussi pour Eluveitie qui nous livre avec « Ategnatos » un opus heavy, dynamique et extrême. Faisant parti des premiers groupes de Pagan Metal à perçer, les helvètes démontrent qu’ils sont loin d’être des ringards. Un album qui vous redonnera foi dans le groupe.

9,5/10

Eluveitie-Ategnatos-01-500x500

Laisser un commentaire