maxresdefault

[INTERVIEW] Johnar Håland (In Vain) : « On se pose juste en tant qu’observateurs du monde »

Formé en 2003, In Vain est devenu rapidement le groupe émergeant de metal extrême à suivre de très près. En faisant un enchaînement entre des titres plus courts et des morceaux assez longs sur son nouvel album, « Currents », le groupe veut pouvoir contenter tout le monde, les fans de la première heure comme un public neuf qu’il espère pouvoir toucher. Contacté par Johnar Håland, guitariste, compositeur et parolier de In Vain, nous avons pu convenir d’un entretien téléphonique dont le résultat se lit ci-dessous…

Metal-Actus : Votre nouvel album, « Currents » est sorti au mois de Janvier 2018. Êtes-vous heureux du résultat ?

Johnar Håland (guitares) : On l’est ! C’est d’ailleurs exactement ce que nous voulions en terme de résultat. On voulait instaurer plus de dynamique entre des morceaux courts et des titres plus longs. L’album s’inscrit dans la continuité de ce qu’on a fait avant.

A quoi fait référence « Currents », le titre de votre album ?

Il fait référence aux gros changements actuels mondiaux, que ce soit culturel ou autre. Il ne s’agit ni d’un concept-album, ni d’un CD à pur caractère politique, ce n’est pas notre genre. On se pose juste en tant qu’observateurs ! Sur cet album, on a essayé d’établir une connection entre les différents titres, instaurer une sorte de fil rouge en fait ! Le titre de l’album est arrivé à la toute fin de notre travail.

C’est une idée qui se retrouve sur votre artwork ?

Oui : ces migrants sont au milieu de vagues. Ces dernières sont le mirroir d’événements à la fois actuels et historiques. L’artwork a été fait par Costin Chioreanu et on est juste époustouflé par le résultat : ça colle parfaitement à ce qu’on a voulu dire dans cet album, à nos paroles.

Pourquoi avoir choisi de révéler le titre « Seekers Of The Truth » en premier ?

Je ne suis pas un grand fan des singles : je trouve qu’ils ne sont pas assez représentatif de l’album, de son homogéinité. Mais il fallait qu’on fasse ce choix de premier extrait – le label nous le demandait – pour faire la promotion de notre album. « Seekers Of The Truth » s’est imposé comme une évidence : c’est un morceau court et catchy. Et c’est l’un de mes préférés : elle porte notre signature rythmique, et contient à la fois nos riffs les plus heavy et des passages en choeur typiques d’In Vain.

Pour « Soul Adventurers », vous avez fait appel à Matt Heafy, de Trivium ! Comment s’est déroulé la collaboration ?

En fait on le connaît depuis des années, c’est un chouette type ! Et on s’était dit qu’on ferait un titre ensemble, donc c’était là l’occasion ! Donc oui, ça s’est super bien passé ! Le chant clair de Matt et Sindre (chant) est juste incroyable !

Que peux-tu me dire de « En Forgangen Tid » ?

Il s’agit de la suite de « Times Of Yore », morceau présent sur notre précédent album « Aenigma ». Enfin, plus, en quelque sorte, d’une Il a d’ailleurs servi de base pour la composition de « En Forgangen Tid », c’est le même sujet qui est traité. Cela fait office de lien entre nos deux albums.

Vous revenez d’une tournée avec Orphaned Land. Comment avez-vous été accueilli, malgré le fait que vous n’étiez pas en tête d’affiche ?

Très bien ! On a passé un excellent moment avec les Orphaned Land, et on a adoré la chaleur du public, qui comme tu l’as dit, ne venait pas forcément pour nous à la base. Cela nous a fait du bien d’ailleurs : après quelques temps sans donner de concert, quel fut pas notre plaisir de retourner sur les routes ! Quand tu es un groupe, il faut que tu tournes, que tu fasses des concerts. Sinon, tu ne décolleras jamais, tu ne te feras pas connaître du public.

Tu viens de dire que vous n’avez pas donné de concerts pendant un bon moment. Je voulais du coup revenir sur votre absence longue de cinq ans. Qu’est-ce qui vous a poussé à prendre du recul ?

Plusieurs choses : si j’ai commencé à écrire cet album en 2014, à la suite de « Aenigma », il a fallu que je fasse une longue pause : j’ai eu des problèmes d’ordre personnel, j’étais plus occupé dans mon travail…. je m’étais en plus investi dans un autre projet musical, Solefald. Bref on a repris l’album qu’en 2017. « Currents » devait d’ailleurs sortir cette année là, mais le label nous a demandé de repousser sa parution à janvier 2018.

Quels sont vos autres projets de concerts ?

On devrait tourner essentiellement en Norvège, faire quelques festivals au mois de Mai. On va également participer au Tons Of Rock Festival. Mais rien d’autre à l’horizon … J’espère vraiment qu’on va pouvoir monter une autre tournée ! On aimerait beaucoup partir vers les pays de l’est, et, bien évidemment, revenir en France !

Un dernier mot ?

Merci à tous pour votre soutien ! Et écoutez notre dernier album « Currents » ! On espère qu’il vous plaira !

in-vain-currents-6497

Notre chronique de « Currents » (In Vain)

Laisser un commentaire