633-promo-P02-1024x683

[INTERVIEW] Flo « Rorschach » Charlet (6:33) : »On a vraiment pu se concentrer sur l’album grâce au confinement »

Après 4 ans de silence, les 6:33 reviennent avec du neuf, la galette « Feary Tales For Strange Lullabies: The Dome », vrai hommage à toute la pop culture des années 1980/1990, et qui arrive à point nommé pour la période d’Halloween. On a pu s’entretenir au téléphone avec Flo, alias « Rorschach » à son propos.

Metal-Actus : Comment te sens-tu par rapport à la pandémie actuelle ?

Flo « Rorschach » Charlet (chant) : J’ai été surpris de me sentir mieux que je ne l’aurai imaginé : bien évidemment, ça a été difficile au début, mais finalement, cette période a eu son lot de bonnes choses. Et il nous a surtout permis de nous concentrer sur ce nouvel album.

Un nouvel album, « Feary Tales For Strange Lullabies: The Dome » qui arrive 4 ans après le dernier « Deadly Scenes ». Pourquoi ce laps de temps ?

Et bien à partir de 2017, j’ai accueilli deux petits garçons et un autre membre du groupe une petite fille. Un autre s’est concentré sur les travaux de sa maison. On a donc voulu profiter de ce que notre vie privée avait à nous offrir et on a fait comme on pouvait. On a vraiment pu se concentrer sur l’album grâce au confinement. On y a d’ailleurs passé deux ans dessus.

Est-il vrai que votre premier single, « Act Like An Animal » est un hommage aux jeux vidéo, notamment SEGA ?

Absolument pas, c’est en fait le visuel que nous avons choisi d’utiliser pour le morceau, et beaucoup font le raccourci depuis. Notre album est un gros hommage à toute la pop culture des années 1980/1990. Mais ce n’est pas facile de saisir l’intention d’un morceau sans les paroles : on n’a pas voulu les insérer dans le livret pour ne pas gâcher les visuels. On devrait donc les mettre en ligne dans le courant de la semaine prochaine.

Au niveau de la composition, comment vous vous débrouillez ?

C’est Nico qui compose absolument tout alors que moi je m’occupe de l’ensemble des paroles. A l’exception notable de l’introduction « Primal Focus » dont s’est occupé notre plus ou moins ancien claviériste Emmanuel ROUSSEAU, qu’on considère toujours comme un membre à part entière du groupe. On ne se prend pas la tête sur les compositions, on n’essaie pas que ça sonne heavy metal ou autre. On compose comme ça nous vient.

Que peux-tu me dire sur « Wacky Worms » ?

C’est le morceau le plus violent de l’album ! Il faut dire que Nico et moi on était alors en demande (rires). C’est aussi le premier morceau de notre album qui nous ramène directement dans les années 1980/1990, période dont on s’est nourri pour produire notre galette.

Tu me disais qu’Emmanuel a signé cette superbe introduction sur « Primal Focus », qui me fait beaucoup penser à des bandes originales comme celle de l’Histoire Sans Fin. Que peux-tu me dire d’autres dessus?

C’est le morceau Prince (rires). Il a un côté naturellement Funk, très Nine Inch Nails. Il déboule avec tout un package, c’est en quelque sorte notre plus belle Madeleine de Proust ! Il parlera aux fans de Michael Jackson (on l’est tous) mais aussi à ceux de Britney Spears (rires). C’est un morceau avec une énergie folle, joyeuse, pleins de bons sentiments que nous avons voulu retransmettre. Il a un petit côté dance-floor.

Tu me parlais de l’artwork créé par Flo des Kromatorium ! Comment s’est passé la collaboration avec lui ?

Excellente ! On l’a contacté car on aimait beaucoup son travail, et on lui a envoyé nos pistes en lui laissant carte blanche. On a trouvé ses visuels tellement chouettes qu’on ne voulait pas les gâcher. Il a également signé les illustrations sur notre vinyle.

Du coup, je suppose que cet album va donner lieu à une suite ?

Tout à fait et on a déjà quelques pistes, même si on le souhaite assez différent musicalement parlant.

Niveau concerts, qu’est-ce que ça donne ?

Pour l’instant, le concert au Forum Vauréal excepté, on est en contact avec plusieurs salles, dont le Bus Palladium et le Barde Atomique, qui nous ont déjà contacté pour nous dire qu’ils avaient très envie de nous faire jouer. Autrement, nous travaillons avec Keuf Metal qui bosse sur nos potentielles dates.

6-33-feary-tales-for-strange-lullabies-the-dome-8498

Laisser un commentaire