© Thomas O'Brien

[INTERVIEW] Despite The End : « Notre musique parle à tout le monde »

Il n’est pas évident pour un jeune groupe de lancer son EP, et encore moins durant le confinement. Un pari pris par Despite The End qui, avec «Butterfly Effects», se présente virtuellement à des fans aujourd’hui conquis. Ludovic, Victor et Vartan ont accepté de nous en dire plus sur cette chouette galette !

Metal-Actus : Comment s’est passé votre déconfinement ?

Ludovic (guitare) : Bah écoute mieux que je ne l’espérais puisque nous avons pu reprendre les répètes plus tôt que je ne le pensais.
Victor (basse) : On est un peu comme sur une plage de nudistes quoi ! On ne met plus de masque …
Ludovic : Ah moi je met encore du gel ! Partout !

ça doit piquer (rires).

Ludovic: Plus sérieusement, on est content de revivre et de reprendre, comme tout le monde. On s’est retrouvé tous les cinq. Bon lui (montrant Victor) porte encore le masque en répète donc ça fait un peu tâche (rires).
Victor : Et puis on en avait besoin. Dans mon cas, j’ai pas mal cogité, j’avais pas mal de trucs en tête, et il fallait qu’on en parle, qu’on mette des choses en place … et puis bon, comme il n’y a pas de concert, du coup, on compense en répète et on compose beaucoup.

On aura donc un prochain EP dans deux mois à ce rythme ?

Les deux : Ce sera un album !
Victor : Mais pas dans deux mois ! Ce sera l’année prochaine, à priori au mois de septembre 2021.
Ludovic : L’idéal serait septembre 2021 oui. Mais vu comment vont les choses … Enfin le plan, pour l’instant, est qu’on voudrait sortir des singles, cinq ou six, tout au long de l’année.
Victor : Cela nous permettra d’assurer une présence en continu. Si on s’abstente pendant un an et qu’on revient avec un album, je pense qu’on n’a pas encore la notoriété suffisante pour que les gens se souviennent encore de nous. Et c’est un peu dans l’air du temps, sortir les morceaux, comme ça, un par un….

«Butterfly Effect» a-t-il subi les effets du confinement ?

Victor : Le titre est pertinent avec l’actualité. On y aborde toute cette thémathique où, en fait, des actions plus ou moins grandes ont des conséquences souvent démesurées. C’est une réflexion sur les conséquences des actes, dans une dimension écologique.

Donc ça ne pouvait pas mieux illustrer votre EP au final ?

Victor : ça tombait effectivement mal mais ça tombait à pic ! (rires)
Ludovic: En fait notre musique est complètement corrélé avec l’actualité donc on s’y retrouve bien ! Alors les gens ne sont pas forcément focalisés sur les paroles et ça ne parle pas du Covid, mais ça le pourrait très bien ! On devait sortir le clip de «Paralyzed», juste avant le confinement, mais tout a été suspendu. Mais en même temps, être paralysé pendant le confinement … c’est beau ! (rires) On aurait voulu le faire exprès, franchement ! (rires). Finalement, ça tombait très bien, car les gens, confinés chez eux, avaient le temps de traîner sur les réseaux de streaming et sur les réseaux sociaux.
Victor : Cela nous a permis d’attirer des gens, et on avait nous-même plus de temps pour faire la promotion sur les réseaux sociaux, créer du contenu et le partager.

En fait, c’est vous qui êtes à l’origine du Covid ? (rires)

Victor : C’est ce qu’on s’est dit ! (rires)
Ludovic : On a émis la théorie mais on n’a pas voulu la rendre public (rires).

Pourquoi avez-vous choisi «Paralyzed» pour être votre clip ?

Ludovic: C’est le morceau le plus tout public sur l’EP. C’est la chanson la plus mélodique et abordable. Et c’est une chanson qui est taillée pour ça, que ce soit sur la longueur que sur l’ambiance. Pendant l’écriture du morceau, on s’est posé quelques questions histoire qu’elle soit radio-éthique. Cela nous est apparu comme une évidence, et notre entourage nous l’a dit et confirmé.

J’aurai plus vu «We Won’t Obey» personellement !

Victor: Alors c’est marrant que tu dises ça parce qu’à partir du moment où on partira en concert, on voudrait faire une live vidéo de ce titre, même si on ne sait pas encore si on va rester sur celui-là. Nos prochains shows seront filmés, donc on aura récolté des images pour le faire.
(Vartan nous rejoint)
Ludovic : Ah oui c’est une chanson pour le live. D’ailleurs, sur cette chanson, les deux premières chroniques qui sont arrivées étaient très mitigés alors que c’est un des morceaux qui nous parle le plus car on a réussi à rassembler nos influences, celles Neo de Vartan, et les orientations thrash que Victor et moi on peut avoir par exemple. Et donc on a un morceau qui débute comme limite System Of A Down voire Static X, et qui finit en Megadeth. Finalement, tous les chroniqueurs d’aujourd’hui adorent ce morceau.
Vartan (chant) : Ces chroniques disaient que les riffs étaient une tuerie, mais on nous reprochait trop de changements, trop de variations dans la chanson. Dans la composition du morceau, on savait que ce riff allait revenir assez souvent.
Victor : Le riff est efficace mais il peut vite couler s’il est trop exploité
Ludovic : Les morceaux qui sortent en tant que single doivent être très carrés, avec des couplets et un refrain. Et «We Won’t Obey» n’a pas cette structure classique contrairement à «Paralyzed» justement

Pourquoi ce subterfuge au niveau de la tracklist ?

Vartan : Pour moi l’EP devait raconter une histoire même entre les chansons, comme les chapitres d’un livre. J’ai réfléchi au placement des morceaux par rapport aux thèmes abordés : j’ai mis «Butterfly Effect» au milieu, parce que c’est le moment où on arrête de parler de psycologie et de sentiments, on passe plutôt dans l’écologie politique. Et dans son centre, ce morceau a un changement très significatif. On part de zéro, on monte, et après le pic, on redescend vers la fin. Et je voulais juste, avec les chiffres, attiser la curiosité.

Donc on peut dire que «Butterfly Effect» est le point d’orgue de votre EP ?

Ludovic : On a beaucoup mentionné «We Won’t Obey» mais «Butterfly Effect» c’est l’autre morceau qui nous ressemble le plus parce que d’une part, on a tous participé activement au processus de composition de cette track : Vartan avait d’ailleurs déjà le titre du morceau et le refrain quand il nous l’a proposé.
Vartan : Je savais aussi qu’il fallait, dans la construction de ce morceau, que ça parte du plus calme au plus énervé.
Ludovic : Et Pierre, mon collègue guitariste, a pris les devants sur ce morceau : il a écrit les couplets-refrains de la première partie du morceau, et j’ai pris le relai sur tout ce qui est solo et passages épiques post-solo. On s’est vraiment bien complété sur ce morceau et on retrouve aussi ce travail d’équipe sur «We Won’t Obey». Ce sont les morceaux qui nous représente le mieux au final.

Comment, malgré vos influences assez différentes, vous avez pu vous réunir et apporter chacun votre propre patte à Despite The End ?

Victor: Il a fallu tout mettre sur papier, voir ce qui était intéressant pour le projet ou pas, et catalyser tout ça, filtrer. C’est un peu ce qu’on fait à chaque fois qu’on compose. Ludovic, par exemple, qui a beaucoup d’idées de riffs .
Ludovic : Trop…
Victor : Ce n’est jamais trop (rires). Donc il va nous envoyer pleins de riffs et puis on va en sélectionner certains, avant de les arranger afin qu’ils correspondent à l’intention du groupe. Dans un premier temps, il a fallu faire beaucoup d’essais pour trouver ce qui fait mouche. Il faut donc élager toute la matière brute directement de nos influences et la retravailler pour obtenir le son de Despite The End
Vartan : J’étais, depuis le départ, pour que d’autres influences viennent agrémenter notre musique – j’ai toujours pensé que ça serait bénéfique – mais tout en respectant le fait qu’il n’y ait pas une seule influence qui ressorte trop. C’est un équilibre qui est difficile à trouver et j’espère qu’on l’a bien fait.
Victor : Il faut trouver le juste milieu entre les riffs qui nous correspondent et aussi mettre suffisamment tous les éléments pour que chacun y trouve son compte.
Ludovic : Il y a eu des compromis mais pas de concessions : il n’y a pas eu de douloureuses à accepter de la part d’un membre du groupe, La musique qu’on a faite, elle parle à tout le monde, et elle plaît à tout le monde.

Et justement, votre reprise des Slipknot «Snuff», montre aussi à quel point vous savez vous rassembler autour d’un morceau aussi emblématique que celui-là ?

Victor : Ouais c’est ça. L’idée était une sorte d’hommage à Corey Taylor pour Vartan si je ne me trompe pas. Mais il ne faut pas pousser Mémé dans les orties comme on dit (rires). Comme c’était la première chose qu’on allait présenter, on voulait aussi montrer qu’on a beau faire une reprise, de base d’une ballade alors qu’on n’est pas un groupe de ballade, pour y mettre, de manière utile, un élément de notre touche, sur le morceau.
Vartan : J’ai souhaité faire cette cover pour la chanson, mais aussi parce que quand j’ai tapé «Snuff Cover», j’ai vu qu’il n’y en avait aucune de vraiment valable. Je me suis dit qu’il y avait un créneau à prendre, par rapport à d’autres chansons de Slipknot qui ont pleins de covers qui ont bien marché.

Un dernier message à ajouter ?

Vartan : Ecoutez Despite The End, Jetez une oreille, et si vous avez aimé tout ce qui s’est fait dans les années 90/2000, vous y trouverez votre compte.

101014138_327736875267812_796312959885246464_o

Laisser un commentaire