Archives de catégorie : Non classé

The Ocean : Tous les détails sur le nouvel album « Phanerozoic II: Mesozoic | Cenozoic »

C’est le 25 septembre prochain que sortira « Phanerozoic II: Mesozoic | Cenozoic », nouvel album de The Ocean. Celui-ci conclura le diptyque conceptuel paléontologique du groupe, entamé avec le précédent opus « Phanerozoic I: Palaeozoic », publié en 2018.

Tracklist :

01 – Triassic
02 – Jurassic | Cretaceous
03 – Palaeocene
04 – Eocene
05 – Oligocene
06 – Miocene | Pliocene
07 – Pleistocene
08 – Holocene

Artwork :

unnamed - 2020-07-02T233452.805

Amaranthe : Tous les détails de leur nouvel album « Manifest »

« Manifest » est donc le doux nom du prochain album des Amaranthe ! La sortie de cette galette est pour le moment prévue pour le 2 octobre prochain via Nuclear Blast.

Le groupe a profité de cette annonce pour dévoiler également le morceau inédit « Viral », qui s’écoute ci-dessous :

Tracklist :

01 – Fearless
02 – Make It Better
03 – Scream My Name
04 – Viral
05 – Adrenaline
06 – Strong (feat. Noora Louhimo de Battle Beast)
07 – The Game
08 – Crystalline
09 – Archangel
10 – BOOM!1
11 – Wake Up And Die
12 – Do Or Die (feat Angela Gossow (ex-Arch Enemy)

« Do Or Die » :

amaranthe-manifest

Unleash The Archers : Nouveau clip !

« Abyss » est le titre de cette nouvelle vidéo des Unleash The Archers. Il s’agit du morceau titre du prochain opus du groupe, dont la sortie est prévue pour le 21 Août 2020 via Napalm Records.

Tracklist :

01 – Waking Dream
02 – Abyss
03 – Through Stars
04 – Legacy
05 – Return To Me
06 – Soulbound
07 – Faster Than Light
08 – The Wind That Shapes The Land
09 – Carry The Flame
10 – Afterlife

Artwork :

unnamed (5)

[INTERVIEW] David (Silence Of The Abyss) : « On a été motivé par les chroniques et les retours qu’on a eu sur notre EP »

Silence Of The Abyss est un petit groupe bourré de talents venant tout droit de Corse ! Après un premier EP éponyme salué par la quasi-totalité de la critique, le groupe revient cette fois avec un album, « Unease & Unfairness ». David Santucci, guitariste et fondateur du groupe, a accepté de nous en dire un peu plus.

Merci à Roger de Replica Promotion pour cette interview.

Metal-Actus : «Unease & Unfairness» est sorti le 13 mars, juste avant cette période de confinement. Malgré cette période un peu particulière, as-tu le sentiment que cet opus a pu trouver son public, vos fans, les critiques ?

David (guitares/back vocals) : Oui, même si, malgré tout, ça reste compliqué. En plus, on ne pouvait pas tomber au meilleur moment avec le Covid-19. Mais ça va : le plus gros problème qu’on a eu était l’annulation de tous nos showcases, le deuxième clip qu’on n’a pas pu tourner, des reportages TV qui nous aurait fait de la promo, … Mais bon, on joue le jeu des interviews au téléphone, on a bien pu diffuser l’album malgré le fait qu’il y ait moins de monde sur les réseaux sociaux…. On ne va pas se plaindre, je pense que c’est pire ailleurs.

Comment s’est déroulé la composition de cet album ?

On a été motivé par les chroniques et les retours qu’on a eu sur notre EP – à vrai dire, on ne s’y attendait pas. Et on s’est dit donc qu’on pouvait partir sur un album. Et au niveau de la conception – vu que c’est moi qui compose – je pars toujours d’un thème, qu’il vienne d’un autre membre du groupe ou de moi-même – et je fais une maquette que je propose à Diane (batterie) et JB (chant). Et ils y apportent autant de changements qu’ils le désirent.

Et d’ailleurs, pourquoi ce titre d’album, «Unease & Unfairness» ?

On a cherché les mots qui résument les thèmes et les textes de l’album : pour moi, ce qui en ressort, c’est un genre de mal-être et d’injustice.

Du coup je peux un peu mieux comprendre votre artwork ! Que peux-tu m’en dire dessus d’ailleurs ?

J’ai fait la connaissance sur Instagram d’Eric de Kahinienn Graphix, il y a deux ans. Et j’avais kiffé ce qu’il faisait. Je l’ai mis dans un coin de ma tête et quand il a fallu bosser sur la cover de l’album, j’ai proposé son travail aux autres. Il y avait déjà une pochette qui nous plaisait et on le lui a acheté ! C’est celle qui est au dos de l’album au final car il nous a fait notre actuelle pochette après avoir demandé à écouter nos démos.

Vous avez choisi de mettre en avant «Nothing At All». Pourquoi ce choix ?

De base, on ne savait pas trop quel titre choisir en tant que single ! «Nothing At All» est ce qui nous représente le plus musicalement, une chanson en mid-tempo avec des doublés à la fin. Donc on est parti là-dessus, mais on était hésitant au départ.

Tu as parlé d’un clip en début d’interview. Est-ce que tu peux m’en dire un peu plus ?

Il devait être en tournage entre le 15 et le 30 mars dernier. Donc c’est bien tombé aussi ! (rires). On a de la chance car c’est un ami à nous qui devait le réaliser, donc on a pu reporter le tournage facilement. On le fera sur «My Fair Fury» : on a les lieux de tournage, on a l’histoire, on a tout. Maintenant, il faut qu’on soit libéré en gros (rires). Il y aura beaucoup de décors ! On va se servir de tout ce qu’on peut trouver d’un peu glauque. Il y a pleins de lieux sympas ici en Corse, et en plus, il fera beau !

Vous avez deux intermèdes instrumentaux : «See Arcturus» (à vérifier) et «Matando». Comment les avez-vous composé ? Et pourquoi avoir choisi d’inclure les deux morcaux dans votre tracklist ?

Déjà on voulait mettre des intermèdes pour que notre album puisse respirer un peu, que ce ne soit pas trop lourd, de faire une pause avant de repartir sur du plus violent. Et en fait «See Arcturus», «My Fair Fury» et «Matando» sont un seul et même morceau ! C’est une chanson qui parle de la corrida : il est donc composé de trois phases.

«My Fair Fury» a d’ailleurs un rythme assez intéressant au niveau de la batterie. Que peux-tu m’en dire ?

On ne va pas chercher très loin nos idées au niveau de l’écriture de nos morceaux ! J’étais tombé sur un reportage sur la tauromachie, la corrida, qui m’avait bien choqué. Je me suis donc dit que j’allais faire un truc dessus ! Et je me suis demandé comment j’allais partir sur cette chanson, car c’est un thème qui a été maintes fois traité, fait, et revu. Je suis donc allé sur Youtube et j’ai écouté un taureau dans une arène. Et ce sont les pas de ce taureau qui sont devenu la figure rythmique de «My Fair Fury». On a essayé de se rapprocher le plus possible, voire même on a volé les pas d’un taureau (rires). Et on s’est rendus compte que c’est une figure rythmique présente dans le metal depuis toujours pratiquement !

L’approche est originale !

On cherche vraiment ce qui est à côté de nous ! Les choses les plus simples sont le plus souvent à notre portée !

«Lunar» est un long morceau de six minutes qui conclut de manière magistrale votre album. Comment l’avez-vous conçu ?

On s’est inspiré d’une histoire dramatique : on a eu à côté de chez nous un gigantesque incendie criminel, ça a crâmé une grande superficie de verdure, et de nombreux animaux en sont morts. Cela n’a aucun rapport avec la lune, mais c’était en lien avec le paysage lunaire que cet incendie a laissé derrière lui. Cette chanson a été faite avec tellement de rage et de haine que nous l’avions bouclée en deux jours, dont la batterie en une après-midi.

Au niveau des concerts, avez-vous déjà des choses de prévus après cette période d’épidémie ?

On avait prévus quelques showcases chez nous en Corse, qui ont dû être reportés vu les conditions sanitaires. Mais on n’a pas de dates, puisque les salles ne savent pas du tout si ça va repartir en septembre. On avait même pévu une petite tournée dans le sud de la France, mais on est encore dans le brouillard total, que ce soit du niveau des artistes, des tourneurs ou encore des salles. On fera quelque chose, puisqu’on ne peut pas rester là sans rien faire. Mais dans quelles conditions ? Je ne sais pas.

a1343695479-10_300x300

[ALERTE FESTIVAL] Annulation de l’Xtreme Fest 2020 !

C’est par un communiqué publié ce vendredi 24 avril que les organisateurs de l’Xtreme Fest ont annoncé l’annulation du festival, qui devait se tenir du 30 juillet au 2 août prochain sur le site de Cap Découverte à Albi-Carmaux.

« Bonjour à toutes et tous,

Comme nous l’avons indiqué la semaine dernière, nous travaillons sans relâche depuis plusieurs jours pour adapter au mieux l’activité de notre structure à la crise majeure que nous traversons. La situation évolue sur différents points :

– Au niveau national, les autorités françaises, malgré nos sollicitations, sont dans l’incapacité de nous donner une réponse claire et précise sur les possibilités de maintien des évènements culturels après le 15 juillet. Nous sommes donc seuls face à cette situation.

– A travers l’Europe toute entière, les festivals commencent à être annulés ou reportés y compris sur le week-end de l’Xtreme Fest.

– A l’international, la majorité des groupes nous font connaître, depuis quelques jours, leur volonté de reporter leur tournée à 2021.

Il est donc temps de prendre nos responsabilités pour ne plus travailler dans le doute et ne courir aucun risque d’abord sanitaire puis économique :

Nous vous donnons donc rendez-vous pour l’Xtreme Fest du 29 juillet au 1 er aout 2021 et travaillons sur une programmation à l’identique.

Lors d’une crise comme celle que nous vivons, nous pouvons être « Xtremement » fiers des valeurs de respect des libertés individuelles, d’unité et d’engagement (DIY) que nos musiques défendent. Nous remercions donc toutes les personnes mobilisées pour faire avancer les choses concrètement et avec qui nous collaborons ces derniers jours: festivals européens à la programmation similaire, agents d’artistes, acteurs passionnés de notre scène… Portés par ces valeurs, nous pensons à nos équipes salariées, nos prestataires et nos partenaires : membres essentiels de l’Xtreme Family à qui nous apportons tout notre soutien aujourd’hui et encore plus demain…

Chers bénévoles, nous savons que l’Xtreme fest est pour une grande majorité d’entre nous un moment privilégié de rencontres et d’échanges que nous attendons avec impatience chaque année. C’est avec beaucoup de peine que nous remettons la réunion de famille à l’année prochaine et espérons conserver ces liens jusque là.
Nous mettrons tout en œuvre pour se retrouver dès que possible.

Xtreme festivaliers, nous sommes certainement aussi déçus que vous, nous espérons pouvoir compter sur votre soutien face à cette douloureuse décision et vous retrouver l’année prochaine à notre fête de famille plus zguens que jamais. Nous vous informerons des modalités de remboursement ou de report de vos billets au plus tôt.

Une énorme pensée pour ceux touchés par cette épidémie, ceux qui prennent des risques quotidiens, ceux qui se battent pour faire reculer cette pandémie et ceux qui s’engagent pour limiter l’impact social de cette situation. Prenez soin de vous et de vos proches, restez unis et solidaires !

L’équipe de l’Xtreme Fest / Pollux Asso
Gimmy Soto, Président – David Papaïx, Directeur
L’ensemble du Conseil d’Administration « 

xtreme-fest-2020

[INTERVIEW] Andy (Hauméa) : « On voulait, pour «Leaving», quelque chose de plus diversifié »

Bien qu’il soit un tout jeune groupe, Hauméa impressionne déjà par ses prestations énergiques et un son rock-metal particulièrement puissant. Le groupe, par le biais de son guitariste et fondateur Andy, a répondu aux questions de Metal-Actus à l’occasion de la sortie de leur nouvel EP « Leaving ».

Metal-Actus : Comment te portes-tu en ces temps compliqués de confinement ?

Andy (Guitare) : Moi, personnellement, en dehors de la musique, ça se passe plutôt bien ! Je reviens à l’essentiel : je prend un bouquin alors que je ne lis pas beaucoup (rires). Je regarde la télé aussi, … Cela permet de se reposer du travail. Je bosse bien sûr pour le groupe. Cependant, on a du mal à cause de ce confinement puisqu’on a eu des annulations de concert; déjà au mois de mars, et puis notre release party, qui aurait dû se tenir en avril. Je ne sais pas comment ça va être au niveau des autres dates de concert. C’est très dur.

Comment s’est déroulé le travail de composition autour de cet EP ? Je perçois quelques inspirations fin 1990/début 2000, notamment System Of A Down et Soundgarden !

On nous avait déjà dit, il y a un petit temps, que notre son faisait penser à du System Of A Down. J’ai 32 ans, les autres sont un peu plus âgés donc oui, on a été baignés dans ces groupes-là. Je pense qu’inconsciemment, quand on devient musicien, on ressort nos influences. On compose comme ça vient; en général, j’apporte des idées en répète, les autres apportent leurs arrangements, Niko ses écrits. On ne calcule rien.

Le temps est assez court entre la sortie de votre EP et celle de votre précédente galette, «Unborn», en 2018. Aviez-vous déjà des titres en réserve ou est-ce que vous avez pris, à l’instar de certains groupe ?

C’est un peu les deux à la fois ! On avait déjà des morceaux en réserve et durant le temps entre nos deux CD, on a pu aussi composer d’autres choses. On s’est retrouvé avec pas mal de morceaux et on en a sélectionné sept qui nous paraissaient bien. Et on voulait, pour «Leaving», quelque chose de plus diversifié que sur le premier EP «Unborn». D’ailleurs on le voit au fur et à mesure des titres : ça commence très metal pour évoluer vers quelque chose de plus en plus rock alternatif.

Pourquoi avoir choisi «Leaving» comme titre ?

«Leaving» vient des paroles de «Breathe», notre premier single et clip. Et du coup, ça va avec la pochette : on voit la main qui est en train d’essayer de retenir une femme qui part.

Tu peux d’ailleurs m’en dire plus sur cette pochette, effectivement très explicite par rapport à votre titre ?

C’est Seb, notre batteur, qui a fait la pochette. On comprend tout de suite la chose. Il est vrai que, dans le rock et le metal, il y a beaucoup de pochettes avec pleins de dessins, dans lesquelles on a du mal à discerner ce qu’il se passe. On voulait quelque chose de clair et d’assez structuré, qu’on comprenne bien le message. on voulait aussi un peu de couleur, dans les tons violets/jaunes, donc un truc qui change du noir et blanc !

Donc vous avez mis en avant «Breathe» pour mettre en lumière le lien avec la pochette ?

Aussi. Mais quand on est arrivé à l’étape du studio pour l’enregistrement du morceau, on a fait un arrangement avec les voix, et ajouté le fameux passage en allemand. Et du coup, ça a été pour nous une révélation : on s’était dit qu’il nous fallait ce morceau-là en clip.

Et tu peux m’en dire plus sur le clip en lui-même ?

Le clip en lui-même, c’est Mathias Ledauphin (Lias Impreza) qui a réalisé le clip. Il est alençonnais, donc bien de chez nous. Il fait plus des clips de rap ! Il travaille notamment avec des drones, … Et nous on a beaucoup son travail et sa manière de filmer car on lui trouvait quelque chose d’assez cinématographique. On trouvait que ça changeait de ce qu’on pouvait trouver dans les clips metal. Il donne à notre vidéo quelque chose de particulier.

Que peux-tu me dire sur «Lorelei» ?

C’est un morceau qu’on a depuis très longtemps, depuis qu’on a créé le groupe en fait ! On ne l’avait toujours pas enregistré, alors que c’est notre morceau le plus vieux ! Cela parle d’addiction, et c’est un morceau qui est très rock, mais à chaque fin de refrain, il y a un petit riff neo-metal . On a choisi de le mettre en avant sur cet EP, alors qu’au départ on était partis pour faire totalement autre chose. Mais on tenait vraiment à l’enregistrer sur CD, car le public aime beaucoup ce morceau.

Un dernier mot ?

Merci à Metal-Actus et à tous ceux qui nous suivent !

91807202_2759831640962994_7700106630574112768_o

[ALERTE CONCERT] Le Hellfest lance son Warm-Up Tour !

Benighted et Shaârghot participeront à la tournée Warm-up du Hellfest qui se tiendra du 14 au 30 avril dans plusieurs villes de France !

A noter que les Rise Of The Northstar se rajouteront aux concerts d’Angoulême, de Paris et de Nantes !

benighted-warm-up

Communiqué :

« Le désormais célèbre « Warm-Up Tour » revient pour une nouvelle édition en 2020 ! L’occasion d’amener l’esprit du festival au plus près de chez vous !

Pour cette version 2020, nous sommes fiers d’inviter deux groupes français qui représentent bien la richesse de la scène metal Hexagonale, place donc aux Stéphanois de Benighted (Death Metal) qui en profiteront pour vous présenter leur nouvel album « Obscene Repressed » à paraître dans l’année et les parisiens de Shaârghot (Metal Indus) que vous avez peut être découvert lors de l’édition 2019 en ouverture de la Temple et qui n’ont laissé personne indifférent avec leur univers à la croisée de Mad Max et de Blade Runner.

A noter que nous accueillerons les samouraïs du crossover/trash français Rise Of The Northstar sur plusieurs dates : lors de l’escale parisienne dans la mythique salle de L’Olympia, à la Nef d’Angoulême et lors de la Nuit de l’Enfer Nantaise au Warehouse !

Coté animations on retrouvera bien entendu le fameux Air Guitar Contest, un photobooth, une projection immersive, une décoration en lien avec le festival, un merchandising exclusif et de nombreuses suprises !

Sans oublier bien entendu le retour du « Hellfest Tattoo Day » sur deux dates : à Paris (powered by La Maison Des Tanneurs) et à Nantes (powered by Casa De Leoes Tattoo Piercing)

Enfin, le Hellfest s’invite à l’autre bout du monde avec deux dates au Pays du Soleil Levant pour un plateau digne des enfers !

« Si tu ne viens pas au Hellfest, le Hellfest vient à toi ! » »

Voici l’affiche pour la fameuse date à Tokyo, au Japon :

helfestwarmupjapon

Spoil Engine : Nouveau morceau !

« The Hallow » est le titre de ce nouveau titre des Spoil Engine. Le morceau est issu du prochain opus du groupe, « Renaissance Noire », prévu pour le 15 novembre prochain via Arising Empire.

Tracklist :

01 – R!OT
02 – Medicine
03 – The Hallow (feat. Jeff Walkers)
04 – Venom
05 – Golden Cage
06 – Frostbite
07 – Warzone
08 – No Flowers For A Pig
09 – The Void
10 – Storms Of Tragedy

« R!OT » :

unnamed (34)