MAYAN_photocardcard_500px

[CHRONIQUE] Dhyana – MaYan

C’est en plein milieu d’une pause pour Epica que Mark Jansen s’attèle à son autre projet, MaYan. Accompagné de son comparse Jack Driessen, ils sortent « Dhyana » album philosophique et hautement épique. Chronique d’une galette savoureuse !

MaYan n’aura rien sorti depuis 2014, certainement pour laisser d’autres groupes plus prioritaires (oui Epica, c’est à toi qu’on pense). Et ses membres n’ont plus rien à prouver, la formation reste malheureusement un peu plus confidentielle.

Ce « Dhyana », sorti hier dans nos belles contrées, à tout pour plaire : une production claire et limpide à faire pâlir les plus grands, des compositions impeccables et accrocheuses comme « Saint Don’t Dies » avec un parfait équilibre entre les douces voix de Marcella Bovio (ex-Stream Of Passion) et Laura Macri (alias Mme Jansen à la ville) et la violence des grunts de Mark Jansen et George Oosthoek et des guitares de Franck Shiphorst et de Merel Bechtold (Delain).

Si on devait d’ailleurs choisir deux morceaux représentant ces aspects de la galette, « Dhyana » et « The Flaming Rage Of God » seraient mon choix : oniriques et tranchantes, ces deux chansons ressortent le plus de l’album bien loin d’un « The Rythm Of Freedom », le premier single, certes accrocheur mais trop commun.

Il n’empêche qu’on prend notre pied en écoutant cet album, digne des plus grandes musiques de film ! On a même l’impression de voir un film en l’écoutant ! Si la comparaison avec un certain Ayreon est inévitable, les MaYan se défendent parfaitement en présentant un univers lui appartenant complètement et qui plaira aux fans comme aux amateurs de musique symphonique !


9/10

DHYANAalbumcover450x450

Laisser un commentaire