Between-the-Buried-and-Me

[CHRONIQUE] « Automata I » – Between The Buried And Me

Créé dans les années 2000 en Caroline du Sud, USA, les Between The Buried And Me peuvent se vanter d’une carrière plus écclectique, créative et risquée que ses compatriotes. « Automata I » ne fait pas exception à la règle. Première partie d’un album conceptuel, ce disque enthousiasmera autant qu’il divisera.

Il faut dire que Between The Buried And me s’éloigne des sentiers battus : les titres parfois très classiques (« Condemned To The Gallows »), certains assez catchy (« Millions »), d’autres à la complexité tout bonnement ahurissante (« Yellow Eyes »). En point d’orgue de cette galette, le morceau « Blot » qui la conclut, zigzaguant tellement vers toutes les directions, toutes les influences ! Elle est l’étirement mental du concept de Tommy Rodgers, celui de pouvoir voir les rêves des autres sur grand écran. Tout un programme, encore une fois fort, qui vient servir une musique passionnante et passionnée, qu’on découvrira et redécouvrira avec grand plaisir.

Le seul problème de « Automata I » est son goût inachevé. C’était le risque à prendre pour un album scindé en deux. Il n’y a aucune conclusion, « Blot » ne laissant que présager ce qu’il y a en plus derrière. Bref 35 minutes qui s’interrompent de manière assez abrupte. Une idée, marketing ou non, pas si bonne que ça.

« Automata I » est une galette à la fois dense et passionnante qui se différencie (mais c’est habituel chez Between The Buried And Me) des autres albums du groupe. Elle ne plaira pas à tout les fans ! Malgré le goût d’inachevé laissé par ce qui reste une première partie, il nous tarde de pouvoir jeter une oreille à « Automata II », prévu pour cet été.

8,5/10

220px-Automata_I

Laisser un commentaire